A la découverte de la méditation et du bouddhisme.

découverte de la méditation et initiation au bouddhisme

A la découverte de la méditation et du bouddhisme.

découverte de la méditation et initiation au bouddhisme

Après vous avoir parlé de ma quête vers le bonheur, de la méthode du Feng Shui, je souhaitais vous parler de la méditation et du bouddhisme.

Pourquoi j’en suis arrivée là, comment je m’y prends pour apprendre, et un peu de ce que j’ai déjà appris. Comme je sais que ça va déjà être très long,  les livres que j’ai lu et que je lis actuellement seront dans un autre article.

Parfois, on a des envies ou plutôt on ressent des besoins qui refont surface des années plus tard.

Comme je vous l’avais confié dans ma vidéo sur le végétarisme, vers 8 / 9 ans, je me rappelle m’être fait plusieurs fois la réflexion que j’aimerai être végétarienne plus tard, et ma curiosité envers le bouddhisme doit remonter vers mes 13 / 14 ans.

J’avais essayé, sans aucune connaissance, j’étais trop jeune, je m’étais un peu renseignée, mais à cet âge, je ne savais pas trop comment apprendre, je n’avais pas l’âge d’aller m’acheter des bouquins toute seule comme une grande et avec du recul je n’aurai jamais eu assez de maturité pour comprendre les livres, déjà que c’est difficile à mon âge.

Cela fait quelques mois, que je m’interrogeais sur le bonheur, si j’étais heureuse, puis je ressentais ce grand vide qui est apparu depuis le Bac.

En fait, en terminal littéraire, la question de la religion avait été soulevée en philosophie, j’avais lu des ouvrages qui critiquaient littéralement les religions et ayant eu une éducation « catholique » avec le catéchisme et tout ça, même si je n’étais plus pratiquante, au sens, que je n’allais pas à l’église très souvent, du coup je me suis sentie perdue.

Depuis cette année de terminale, je ne savais plus en qui et en quoi croire. Je me sentais réellement perdue, car tout ce que je pensais « vrai » depuis mon enfance était remis en question.

Petite précision : parler de religion n’est pas évident, je ne juge personne, j’espère qu’on ne me jugera pas pour ce que j’écris ici, mais je suis obligée de parler de ça pour vous expliquer comment j’en suis arrivée là.

Même si je n’étais pas à fond « chrétienne », je croyais en Dieu depuis toute petite et même lorsque je n’y croyais « plus vraiment » je me surprenait à avoir des réactions qui étaient ancrées, comme prier dieu pour que vos proches soient heureux , parce qu’on m’a ancré ça dans la tête depuis toute petite. Je dois vous avouer que c’est très bizarre de parler de tout ça et j’espère que ça ne vous mettra pas mal à l’aise.

Du coup (je reprends mon fil) cela faisait quelques années que je ne m’étais plus posée de questions par rapport à la religion, j’ai préféré l’ignorer, car pour moi, je ne connaîtrais jamais la vérité, je partais du principe, qu’il y a plusieurs religions et donc de dire que celle-ci est plus vraie que celle-là serait un peu bizarre, sans parler des contradictions qu’il peut y avoir dans les religions, de ce que les hommes en ont fait et je parle pour toutes les religions.

Depuis petite, on m’a bassiné avec «  il faut nous aimer les uns, les autres », il faut savoir pardonner, il ne faut pas faire aux autres ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse.

Et je suis complètement d’accord avec ça, mais pour moi ce n’est pas appliqué par les pratiquants (pas tous, je ne mets pas tout le monde, dans le même sac), il suffit de ressortir de la messe pour voir tous les petits vieux racontaient des cancans sur la voisine, sur le fils de la voisine et j’en passe.

Sans parler de toutes ces magouilles qu’il y a au niveau de l’argent dans les religions.

Bref, j’arrête, sinon je sens que je vais m’en prendre plein la tronche.

Pour en venir au bouddhisme, le bouddhisme n’est pas vraiment une religion. En fait, c’est plutôt un chemin spirituel où le but est d’être en pleine conscience de soi, de vivre l’instant présent,  de ne plus se laisser faire par ses émotions, de les analyser et d’être compatissant envers les gens, de tout faire pour être une bonne personne.

Notre esprit nous joue des tours et parfois, je suis sûre que ça vous est déjà arrivé, que vous imaginez quelque chose dans votre tête du genre : imagine, je rentre chez moi et quelqu’un de ma famille est mort, vous vivez vraiment la scène dans votre tête, ça vous rend triste, vous ressentez la douleur, une douleur imaginée mais qui vous fait vraiment souffrir en réalité ou je vais arriver au travail, on va m’engueuler, me virer et compagnie … la grosse paranoïa.

Le but de la méditation est d’arriver à être en pleine conscience, vivre le moment présent, l’esprit divague forcément lors des séances et ce n’est pas grave, car le fait de recadrer son esprit au moment présent fait toute la puissance de la méditation.

Le bouddhisme est très compliqué car il y a plusieurs écoles et il doit être adapté à notre monde occidental.

Ce que j’apprécie dans cette «  religion » car je ne sais pas trop comment l’appeler, c’est qu’il n’y a que 5 règles de bon sens qui sont : de ne pas tuer d’être sensibles (personnellement par être sensible, j’entends animaux également mais dans le livre que j’ai lu ça n’a pas été précisé) , ne pas prendre de substances toxiques ( moi avec la clope, j’ai pas mal diminué mais j’ai encore du travail), ne pas voler ( c’est aussi prendre quelque chose sans avoir demandé la permission , se croire tout permis), ne pas avoir de rapports sexuels préjudiciables ( c’est-à-dire qui ne dégrade pas une ou les deux personnes), ne pas mentir et dire des ragots.

En gros, être humain et adopter un comportement éthique. C’est-à-dire de faire le bien, d’être la personne que vous aimeriez être, quelqu’un de généreux, de compatissant, quelqu’un de bien quoi.

Si vous souhaitez vraiment en savoir plus sur cette « religion », je vous conseille le livre « comment être bouddhiste ? » écrit par Fabrice Midal, qui ne fait que 200 pages,  qui expliquent très bien les bases, ça se lit très bien, je n’ai pas eu de mal à le comprendre et j’ai beaucoup appris (et il coûte que 6 euros)

Je souhaitais vous parler de la méditation,  j’en parlerai peut être régulièrement, mais pour l’instant, je m’exerce à la méditation 2 fois par jour, 10 minutes au réveil et 10 minutes le soir et quand je n’ai pas le temps le matin, j’en fait 30 minutes le soir.

La plupart du temps je suis des vidéos sur Youtube, vous pouvez taper «  méditation bouddhique guidée » il y en a des courtes mais très agréables et faciles pour commencer.

Et j’ai également téléchargé l’application Petit Bambou qui n’est pas mal non plus.

Méditer m’aide vraiment, depuis que j’ai commencé, début décembre, je me sens apaisée, je ne ressens plus de colère, je crois que je suis réellement en train de m’accepter, de ressentir de la bienveillance envers moi-même et j’ai même réussi, même si j’ai eu beaucoup de mal à souhaiter du bien aux gens que je n’aime pas ou qui m’en ont fait voir de toutes les couleurs.

J’apprends également à gérer mes émotions face aux autres, si quelqu’un m’énerve, essaye de me tendre la perche pour que je critique quelqu’un, qui s’énerve sur moi, je ne réagis plus comme avant, je me détache de mon impulsivité. Je prends du recul, j’essaye de comprendre la situation, je me remets en question et je ne me fais plus influencer.

Car on a souvent tendance à croire que c’est toujours de la faute des autres, mais ce n’est pas toujours vrai, il faut se remettre en questions également car souvent notre comportement est dû à une souffrance que l’on ressent et qu’on déverse sur les autres.

Au niveau des actions quotidiennes comme manger, prendre ma douche, j’essaye de vivre le moment présent, de savourer, me concentrer sur ce que je mange, en prenant le temps, de réellement sentir l’eau qui coule sur ma peau, quand je chante dans ma voiture également, comment ma bouche articule etc …

Bien sûr, je ne le fais pas tout le temps mais de temps en temps et je me suis aperçue que notamment en chantant, je ne pensais à rien d’autres que la chanson.

Une autre chose que je fais désormais et qui me fait vraiment du bien est d’analyser mes émotions.

Je finirait par ça (ne vous inquiétez pas, c’est bientôt fini ^^), en vous parlant d’un moment triste.

Le 15 Décembre, mon petit frère m’envoie un sms en me disant qu’un des petits chatons (ceux de mes parents) était mort, qu’il s’était fait écraser. J’envoie un sms à ma maman qui me dit que le pauvre il est mort.

Et je me mets à sangloter. Puis d’instinct j’ai analysé mon émotion, pourquoi est-ce que je pleurais ? Ce n’était pas mon chat, je n’ai pas passé beaucoup de temps avec ce matou, mais ça me faisait quelque chose, parce que je l’aimais bien, puis j’ai continué à décortiquer.

Je me suis aperçue que je pleurais, parce que j’adore les animaux, les chats et que ce petit était trop mignon, que je l’aimais bien, mais également parce que mon esprit était en train de me jouer un tour, j’étais en train d’imaginer si c’était un de mes chats qui était mort. ( c’est un peu comme quand je regarde un film d’amour triste, je pleure parce que “je compatis”, je me mets à leur place)

Ça m’a touché également, parce que ma mère m’a dit que mon père était très triste et par compassion, ça m’a rendu triste qu’ils soient tous tristes et encore plus mon père, qui n’est pas forcément du genre à montrer son émotion.

Puis aussi parce que nos animaux on s’y attache forcément même si ce n’était pas mon chat , mais celui de mes parents et donc je l’ai connu le pauvre petit.

Cela peut paraître bizarre mais de décoder ses émotions de comprendre pourquoi on est si triste, pourquoi on a peur, pourquoi on est en colère, ça apaise d’un coup.

Cela m’a vraiment fait du bien de comprendre réellement mon émotion. Essayez de le faire une fois, vous verrez, que vous serez calmé plus facilement. Analyser ne veut pas dire qu’on doit couper nos émotions, bien au contraire , nous sommes humains, mais pour moins “souffrir”.

Je vais m’arrêter là pour cet article, si ça vous plaît et vous intéresse, je continuerai, là j’en suis déjà à 1700 mots, record battu décidément avec ce sujet, je suis bavarde.

J’espère que je ne vous aurai pas mis mal à l’aise et  que vous vous ne serez pas endormi. Merci de m’avoir lu. N’hésitez pas à me donner votre avis sur les différents sujets abordés.

6 Comments

  1. Reply
    Bérénice

    Trés intéressant ton article. Je me suis aussi bcp intéressée au bouddhisme, mais il y a des petits trucs qui me font penser que ça ne me convient pas… Je n’avais pas vu ta vidéo sur le végétarisme, je vais profiter d’avoir un peu de temps pr l’écouter 🙂 Bisous !

    1. Reply
      lemondedln82

      Super ! Qu est ce qui ne te convient pas ? Je n essaye pas en tout cas d influencer juste de partager ce que j apprend 🙂 et ça m intéressé de connaître ton avis

  2. Reply
    Claire

    Hello ! J’ai acheté un livre sur le bouddhisme il y a quelques semaines. Malheureusement c’est une façon de vivre peu adaptée à notre vie occidentale (stress, jugement des autres…) mais j’espère pouvoir m’en rapprocher au fil du temps !
    A bientôt,
    Claire

Un petit mot doux ?