Home sweet home , dans sa maison d’enfance

home sweet home on est bien chez soi

Home sweet home, dans sa maison d’enfance.

Que c’est bon de retrouver le sourire, d’apprécier chaque seconde , juste d’ apprécier. Cela fait bien un moment que je n’ai pas été comme ça,  je ne me souviens même pas d’avoir été comme ça un jour, aussi détendue. C’est la première fois que je me sens bien dans mes baskets , que je suis satisfaite de ce que j’ose, ce que j’entreprends.

Après ces derniers mois de galères, j’avais l’impression de m’enfoncer de plus en plus et de ne plus pouvoir remonter la pente.

Pas évident quand toutes les galères t’arrivent en même temps, un boulot pas top, plus de chez soi, des problèmes de fric, une routine lassante. Puis comme toujours, la roue tourne et on retombe sur nos pattes. Et je sais que je ne suis pas la seule dans ce cas.

Puis il y a eu cette maison, enfin  … le retour dans la maison de mon enfance, comme si je renouais avec moi même, avec mes souvenirs. Cette atmosphère paisible, le calme, le silence, l’espace… et on a pu se retrouver tout les deux, en tête à tête.

Il y a des maisons où on ne se sent pas bien, comme celle où j’ai déménagé juste avant et repartie 3 jours après, puis il y en a où on se sent juste chez soi, de suite, à sa place et protégé. C’est assez curieux comme situation.

home sweet home on est bien chez soi

En tout cas, ces deux mois passés chez nos parents nous ont sauvé. C’est comme si on avait appuyé sur “pause” et qu’on avait travaillé sur nous. C’est dans ces moments là où tu peux faire le bilan de ta petite vie, de ce qui va, ce qui va pas, ce dont tu as envie pour le futur.

En traversant cette espèce d’orage, j’ai réalisé que je ne voulais plus de ce travail, qu’il fallait aller de l’avant, que je me devais d’être satisfaite de mon quotidien. Ça n’a pas été une période facile, c’est toujours délicat de revenir vivre chez ses parents, même si on a vraiment pas eu de quoi se plaindre au contraire, mais j’avais cette sensation de reculer, de revenir en arrière.

Dans ces moments là que tu t’aperçois que ta famille est toujours là pour toi et que c’est elle le plus important dans tout ça, le reste n’est que superficiel.

Ces deux mois en suspend m’ont permis de voir les choses autrement, de devenir moins matérialiste et c’est aussi passé par une pause de blog, mes affaires dans les cartons, je n’avais pas envie de prendre des photos, j’ai encore du mal à me remettre à écrire, la machine est un peu rouillée mais ça reviendra. D’autant plus que nous n’avons toujours pas internet à la maison grr.

Cette année , beaucoup de changements sont prévues, mais cette fois ci , pas de pression, je vais y aller à mon rythme et faire ce dont j’ai envie. Vous verrez ça au fur et à mesure, ça promet de super articles qu’il me tarde d’écrire.

Tout ce blabla pour dire, qu’au final, quand c’est la galère dans ta vie, que tu as des problèmes, que tu déprimes, garde espoir, la roue tourne toujours, et apprendre à relativiser est compliqué mais essentiel .

Et parfois une petite remise en question, un petit bilan, un retour dans le passé ne font pas de mal , ça permet de digérer ce qui n’avait pas été digérer et d’aller de l’avant.

Je pense que je suis de retour pour de bon, à mon rythme mais je me remets à l’écriture, c’est déjà ça.

2 Comments

  1. Reply
    Aurélie - Aunatur-elle

    Coucou ma belle Justine !
    Quelle joie de voir que tu es de retour et mieux encore avec le sourire 😀
    Enfin tu as ton chez toi où tu te sens bien et je te souhaite le meilleur à venir, comme toujours !
    De gros bisous <3

Un petit mot doux ?