Ecrire un journal intime pour se souvenir

Mis en avant

Ecrire un journal intime pour se souvenir

L’autre jour, ma maman cherchait une date « importante du passé », la date d’un décès plus exactement, elle ne se rappelait plus. Avec le temps, on oublie malgré nous, des détails importants et parfois cela peut nous attrister.

Je sais qu’il faut vivre dans le présent mais les souvenirs sont précieux, ils font ce que nous sommes aujourd’hui. C’est pour cela que j’ai du mal avec le fait de ne jamais  regarder en arrière mais avancer.

Je trouve que parfois il est utile de se rappeler du passé, de notre évolution, de nos erreurs pour avancer justement.

Enfin bref, pour l’aider à trouver cette fameuse date, j’ai sorti mon journal intime de petite fille, on me l’avait offert au primaire pour un de mes anniversaires et j’ai écrit dans ce journal 2004 à 2009 dedans, pratiquement tous les jours jusqu’à qu’il n’y ai plus de pages pour écrire.

ecrire un journal intime pour se souvenir

Après 2009, j’ai quand même pris la peine d’écrire des lettres « bilan » de mes années, c’est bien sur moins détaillé mais si un jour mes enfants, petits-enfants, petits petits enfants voulaient en savoir plus sur nos vies, ils auraient une histoire bien détaillée.

Aujourd’hui , je me force à écrire un journal intime pour me souvenir, j’ai peur d’oublier, d’oublier ce que je suis, ce que j’ai vécu, mon enfance.

Pour moi, écrire c’est  comme une continuité, je crois que si je n’écrivais plus dans ma vie, je me sentirais perdue. Je ne pense pas que ça soit narcissique, c’est juste que les souvenirs sont précieux, les bons comme les mauvais et ça me permet d’avancer.

J’ai donc trouvé dans ce journal la date que ma maman cherchait. Elle a trouvé ça génial, je ne me rendais pas compte que tout ce temps passé à écrire mes émotions de petites filles, d’adolescentes, mes humeurs, des anecdotes sur l’actualité, sur ma famille étaient en fait comme un trésor  aujourd’hui.

Parfois, environ tous les 6 mois/1 an je replonge dedans et là soit je rigole en lisant toutes les conneries que peuvent penser et faire une adolescente un peu rebelle et mélancolique ou alors justement je suis fière d’avoir évolué comme je l’ai fait. Quand je le relis, j’ai l’impression d’être quelqu’un d’autre, que la petite fille qui écrit n’est pas moi.

En relisant ce que j’ai écrit pendant mon enfance et mon adolescence, je me rends compte de ce qui était important pour moi à l’époque, ce qui m’a rendu triste, m’a blessé.

En lisant certains passages, je me sens souvent ridicule mais ce qu’il en ressort est juste l’image d’une ado en quête d’amour et qui veut plaire à tout le monde, qui a peur du jugement des autres. Même si ce n’est plus tout à fait d’actualité, ça l’est quand même encore un peu.

C’est assez drôle de se relire avec du recul, juste pour voir l’évolution de mon écriture et de mon passage de kikoulol, en mode « jen é mar d cour » écrit à l’arrache au passage en série littéraire, avec une écriture très soignée et sans faute d’orthographe.

Contrairement à un blog, un journal intime n’a aucune limite, j’ai vraiment écrit tout ce que je ressentais sans avoir peur des mots, sans trop réfléchir à comment je devais tourner mes phrases, ça donne finalement un journal assez loufoque mais authentique.

Ici, c’est plutôt un blog de questionnement où je ne vous partage pas tout, ce qui est normal car s’il était trop intime, ça en deviendrait gênant pour vous, comme pour moi. Ici je me sers des questions que je me pose sur certains sujets pour «  aider » mais surtout pour m’aider à m’avancer. Vous m’aidez souvent en me donnant vos avis ou en partageant vos expériences et je tenais à vous remercier pour ça.

Souvent je me dis que ce blog n’est pas vraiment le mien, c’est plutôt un blog d’échange car si vous ne commentiez pas ou si vous ne me donniez pas votre avis sur telle ou telle question alors il deviendrait inintéressant.

A l’instant où j’écris, je m’aperçois que le 3 septembre c’était l’anniversaire des 2 ans du blog, pour le coup, j’ai complètement zappé. La première année où j’ai écrit sur ce blog je tâtonnais, j’écrivais, je pense pour ressentir de la reconnaissance, pour me sentir utile et valorisée.

Aujourd’hui ce n’est plus le cas, j’écris quand je veux, je ne m’impose plus de rythme et j’écris comme si c’était une « thérapie ». Poser des mots sur mes maux ou sur mes humeurs du moment m’aide beaucoup.

Je pense que cette deuxième année de blog sera encore plus enrichissante, maintenant que je me sens bien dans mes baskets, à l’aise avec mon écriture, je vais vraiment écrire ce qu’il me plaît, écrire encore plus avec mon cœur.

J’ai juste besoin d’écrire pour me sentir bien et ça ira donc dans ce sens tout en continuant à me poser plein de questions, en vous partageant des astuces si j’en ai etc…

Dites-moi si vous avez tenu un journal intime, si vous continuez à écrire votre vie quelque part, si vous avez besoin de ça ou si au contraire ça ne vous ai jamais venu à l’idée ou que vous trouvez ça inutile et enfantin.

 

 

Un petit mot doux ?

  1. Je pense tout a fait comme toi. Il est tres formateur et epanouissant de se replonger dans ses souvenirs. Aussi, écrire, c’est une forme de thérapie, ca aide a formuler les soucis , ordonner, se poser.

    D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours écrit dans mes carnets. J ecris plus ou moins regulierement. Rarement relu par contre. Excepté un carnet special, que j ai commencé au décès de ma mere, qui retrace mes ressenti a ce moment là, et oû je raconte mon histoire familiale, ce qui m’a construite.
    Carnet que je reprends et feuillete une fois par an. Et ce jour là, je redige une synthese de l’annee ecoulé

    • Je pense qu’écrire permet d’atténuer la douleur, j’imagine que ça te fait du bien d’écrire ce carnet spécial. Bisous

  2. Coucou ma belle !
    J’ai commencé à écrire mon premier journal intime en primaire et puis jusqu’au lycée j’en a écrit une 20aines je crois !!! Besoin de me vider la tête et de me défouler à l’époque. Aujourd’hui je n’écris plus parce que je n’en ressens plus le besoin, je suis bien !
    Gros bisous <3

    • Waouh une vingtaine ?! c’est dommage que tu n’écrives plus juste pour ne pas oublier plus tard 🙂 Bisouss

  3. Je tiens, moi aussi, un journal.
    Comme tu dis, “je me force” à écrire dedans. Je suis souvent prise par le temps, et ce n’est pas toujours facile de prendre 15/20 minutes pour mettre sur papier nos émotions, et nos journées.

    • C’est vrai que les journées sont bien remplies et passent vites donc moi aussi je me force à écrire mais après je suis contente de l’avoir fait.

  4. C’est top d’avoir gardé tes écrits. En effet, les relire doit te permettre de voir le chemin parcouru. Pas de journal pour moi mais des dessins, des textes et poèmes épars.