Quand mes valeurs sont passées à la trappe

 

Et oui vous ne rêvez pas, un nouvel article, ça faisait vraiment longtemps que je n’avais pas écrit, mais surtout que je n’avais pas ressenti cette envie vraiment viscérale d’écrire, la machine à écrire que je suis à la base serait-elle de nouveau activée ? Je l’espère 🙂

Aujourd’hui je voulais vous parler des “valeurs” et comment chez moi pendant une grosse période elles sont passées à la trappe.

Quand je parle de valeurs, dans mon cas je parle de zéro déchet, de minimalisme, de veganisme du fait “de faire de son mieux” pour protéger la planète, avoir le meilleur impact possible en tant que petit être humain que je suis.

Déjà en regardant toutes ces démarches avec un peu de recul, je me rends compte que je m’étais imposée beaucoup de démarches difficiles en même temps sur le dos et c’est peut être pas vraiment étonnant qu’à un moment où j’avais des petits soucis personnels j’ai tout envoyé valser. Plus de zéro déchet, une consommation pas du tout du tout responsable revenue , de nouveau ce sentiment d’avoir besoin d’acheter pour me sentir bien dans ma vie. Une envie de devenir végétalienne mais je n’y arrivais ( et n’y arrive pas encore) …

respecter ses convictions difficultés

Ce sentiment “d”échec” , de honte un peu mais aussi ce sentiment de ne plus être celle que je pensais être, de ne pas être en accord avec ce que je pensais, avec ce que je disais.

Je pense qu’inconsciemment tout ça , plus évidemment beaucoup trop de choses dans ma vie en même temps , tout ça a  bloqué mon envie d’écrire sur des sujets, des démarches que je n’honorais même plus dans ma propre vie.

Mais finalement, ne faut-il pas échouer pour savoir reprendre nos démarches avec encore plus de force ? Je crois que c’est ce qui est en train de se passer en ce moment dans ma vie, je crois que je me suis finalement bien bien perdue pour mieux me retrouver, car une fois toutes ces thématiques revenues dans ma vie, je me sens enfin de nouveau moi-même.

Finalement c’est ça que j’aime et j’accepte que parfois j’échoue, je me plante, je fais de la merde , quand on a été conditionné toute sa vie, ça ne peut pas disparaître du jour au lendemain.

Je serais ravie de discuter de ce sujet avec vous, est-ce que vous aussi vous avez du mal à suivre tout le temps vos convictions ? je pense que oui sauf que personne n’ose n’en parler car c’est vu un peu comme de la “honte”. Il est grand temps de déculpabiliser, on ne peut pas être parfait, on a tous des moments où nos préoccupations changent, on change mais ça ne veut pas dire que nous ne réussirons jamais à honorer nos valeurs 🙂

On se retrouve prochainement pour d’autres sujets et également une annonce assez importante à vous faire, j’ai hâte de vous en dire plus 😀

 

Un petit mot doux ?

  1. Je pense que c’est tout à fait sain et normal de faire une pause… On ne devrait pas avoir honte et culpabiliser à ce point alors que les principaux pollueurs et les pires crapules de ce monde n’ont aucun scrupule, ce n’est pas juste 🙂 Personnellement je vois bien qu’au quotidien je ne peux pas tout tenir, j’achète trop emballé, j’oublie ceci, cela… Je suis devenue végétalienne, mais quatre ans et demi après mon végétarisme. Mais rien que le fait que tu te poses ces questions, ça veut dire qu’il n’y a rien d’alarmant moi je trouve ! C’est aussi dans ce sens que j’avais publié mon article sur les limites de la consommation éthique individuelle : finalement ça nous charge d’un grand poids pour des conséquences assez limitées. Alors continuons à faire des efforts mais soyons douces envers nous mêmes !

    • C’est sûre ! je pense que y a une histoire de “comparaison” entre personnes qui ont les mêmes démarches que moi, j’ai du me mettre dans la tête qu’elles étaient toutes parfaites, qu’elles y arrivaient du premier coup et puis j’ai culpabilisé de tenir des propos écolos et de ne pas y arriver totalement moi même 😉

      • Oui je vois très bien le principe ! Tant qu’on va dans la bonne direction… 🙂 Et y’a pas que les gestes individuels pour le coup, j’ai des copains très militants et qui n’ont pas l’énergie de se mettre à fond sur les gestes écolo etc, et pourtant je suis persuadée qu’ils ont une action fondamentalement positive et meme indispensable

  2. Personnellement je suis pour le “faire de son mieux” 🙂 J’en parlais récemment avec un ami qui n’osait pas entreprendre une démarche de peur de ne pas être “parfait d’un coup” : pour moi quand on veut entreprendre une démarche (zéro-déchet, végéta*isme…) on choisit où on met son propre curseur pour commencer, sans pression, puis quand ça devient facile (et si on le souhaite !) on repousse le curseur un peu plus loin, et ainsi de suite jusqu’à atteindre le curseur qu’on souhaite atteindre (en l’écrivant je ne sais pas si c’est bien clair xD ).

  3. Coucou ma jolie !
    Contente de te revoir, tu sais que j’aime beaucoup tes articles 🙂 Je pense que c’est normal de craquer par moment, ce n’est pas facile de résister à tout à moins de vivre dans une grotte 😉 Je commence à me lancer dans le zéro déchet et je suis encore loin de ton niveau mais je me dis que j’avance à mon rythme.
    Par exemple aujourd’hui je vais faire le tri dans mes produits de maquillage, j’en ai beaucoup trop mais je sais que je ne me séparerai pas de tout et qu’il faudra que je trie encore une fois plus tard mais je n’ai pas envie de regretter. Le principal c’est d’évoluer dans le sens que tu souhaites sans te forcer pour ne pas t’en dégoûter. Au départ je voulais tout faire : lessive, dentifrice, cosmeto… Mais finalement je me suis dit que j’allais finir ce que j’ai puis commencer au fur et à mesure 🙂 Voilà voilà 😉 Je t’envoie pleins de bizoux ma belle et ne t’en fais pas, on est humain, c’est normal de craquer de temps en temps 🙂